Le mariage de la carpe et du lapin.  L’application de la loi REBSAMEN sur le parcours des mandatés et représentants des salariés fait son chemin mais sous les plus mauvais aspects, s’il pouvait y en avoir de bons.


L’application de la loi REBSAMEN sur le parcours des mandatés et représentants des salariés fait son chemin mais sous les plus mauvais aspects, s’il pouvait y en avoir de bons.

C’est le but d’abord à la sécurité sociale où nous avons vu fleurir des velléités de mise en œuvre d’accord concernant l’évaluation des compétences des militants syndicalistes.
Ces propositions de négociations et de signatures furent vite rejetées par plusieurs organisations syndicales dont FO.

Il semblerait aujourd’hui que les velléités s’affirment et se développent portées par l’entreprise de conseil ALIXIO présidée par M.SOUBIE qui a manifestement fait d’EDF et du réseau gaz son champ d’expérimentation qui conduirait à faire en sorte que les militants syndicaux soient « évalués » dans le parcours militant par des représentants du patronat et par des syndicalistes dont nous pouvons nous poser la question de leur degré d’indépendance.

Gageons qu’après avoir essayé dans ces deux secteurs, ALIXIO et le gouvernement s’emploieront à généraliser de telles méthodes qui ne peuvent qu’être condamnées et rejetées par les organisations syndicales indépendantes.

Les camarades de la sécurité sociale ont eu raison de rejeter un dispositif qui conduirait à mettre le syndicalisme sous dépendance.

Vivre la Charte d’Amiens !



Paris, le 24 septembre 2018


lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site