Dans la Banque ça continue : Les restructurations détruisent les emplois !  Le nouveau Directeur de la BPCE vient d’annoncer la disparition pure et simple du Crédit Foncier, menaçant de fait 2200 emplois dans le même temps où la spécificité de ce réseau porte un coût au secteur de l’immobilier. Cela vient s’ajouter au conflit tou


Le nouveau Directeur de la BPCE vient d’annoncer la disparition pure et simple du Crédit Foncier, menaçant de fait 2200 emplois dans le même temps où la spécificité de ce réseau porte un coût au secteur de l’immobilier. Cela vient s’ajouter au conflit toujours en cours à la banque Caïxa.

L’Union Départementale FO de Paris apporte son soutien plein et entier au syndicat FO du Crédit Foncier qui combat contre les destructions d’emploi ainsi que pour le maintien du réseau et des intérêts des clients.

Le syndicat a raison de rester septique quant aux vagues promesses de reclassement dans un secteur où partout sont annoncées des suppressions d’emplois au nom du passage au numérique.

Les deux solutions de reclassement dans les réseaux Banque Populaire et Caisse d’Epargne tiennent plus de la « poudre de perlimpinpin » que d’un véritable engagement. Toutes les informations qui remontent de ces deux banques montrent que là aussi, on se prépare à des plans sociaux.

Les salariés, avec le syndicat FO, ont raison de s’opposer à cette disparition et aux suppressions d’emplois qui l’accompagne quand on sait que le Crédit Foncier a dégagé 33 Md’€ de bénéfices pour l’année 2017.

Compte tenu du caractère spécifique de cet établissement bancaire, c’est également un mauvais coup contre l’immobilier, au moment où la presse annonce une hausse significative des taux pour les emprunts immobiliers.

De quelque côté que l’on prenne le problème, il y a tout lieu de s’opposer à cette disparition. L’Union Départementale FO de Paris réitère son soutien plein et entier au syndicat FO et à l’ensemble des personnels pour la satisfaction de leurs revendications.

Paris, le 3 juillet 2018


Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site