Le 28 juin, on y va !  La résolution générale de notre dernier Congrès Confédéral affirmait la nécessité de se mobiliser contre tous les mauvais coups du gouvernement et appelait à préparer la grève interprofessionnelle.


La résolution générale de notre dernier Congrès Confédéral affirmait la nécessité de se mobiliser contre tous les mauvais coups du gouvernement et appelait à préparer la grève interprofessionnelle.

La réunion intersyndicale qui s’est tenue entre Confédérations et organisations syndicales nationales a, quant à elle, adopté un texte d’appel qui conduit à la préparation de cette grève interprofessionnelle en organisant dans un premier temps une journée d’actions, de manifestations, de rassemblements etc.… le 28 juin 2018.

L’URIF FO, quant à elle, rencontrait les URIF CGT – FSU – SOLIDAIRES et l’UNEF le 19 juin 2018. Forte des positions développées par le Congrès Confédéral de Lille et par la CGT-FO lors de la dernière réunion interconfédérale, l’URIF FO pouvait s’engager dans l’action permettant ainsi de développer nos positions et revendications.

Jamais la situation n’aura été aussi difficile pour la classe ouvrière qui subit de plein fouet les contre-réformes à marche forcée imposées par Président de la République et son gouvernement : les ordonnances s’attaquant plus profondément encore au code du travail ; volonté de briser le statut de la SNCF, le statut des cheminots et la qualité du réseau en privatisant ; volonté de casser les 3 versants de la Fonction Publique avec la suppression de 120 000 emplois, des statuts professionnels et le code des pensions civiles et militaires et de la CNRACL ; volonté de mettre dans la précarité plus encore de retraités en augmentant de 1,7 points la CSG, que nous condamnons dans sa totalité d’existence en tant qu’impôt.

Épaulés par leurs amis du MEDEF qui œuvrent très vite pour mettre en place les dispositions des ordonnances, le constat est fait que l’emploi dans le secteur privé est lui aussi touché de plein fouet comme c’est le cas chez Carrefour avec la disparition de 2 500 emplois, avec les attaques portées contre les salariés de la banque CAIXA…

Le Président de la République, frénétique de la contre-réforme, pousse les feux en annonçant pêle-mêle ce qu’il a dans la tête et qu’il veut faire appliquer « dans la concertation ». Seulement voilà, nous ne sommes pas dupes, il nous l’a déjà « joué » avec les ordonnances. Tout était bouclé avant ; comme c’est le cas aujourd’hui avec la contre-réforme des retraites et son « joujou à points », avec les privatisations qui maintenant sont annoncées à la chaîne avec ADP, la Française des Jeux mais plus récemment avec le désengagement et la vente des parts de l’État dans le capital d’Air France, avec la RATP, avec EDF où le dossier séparant le nucléaire du reste est prêt et que le transfert des personnels sous statut et la réécriture de la convention collective le sont également. Cela rappelle bougrement ce qu’ils veulent infuser aux cheminots. C’est clair, le premier Ministre l’a indiqué en Chine, les réformes rendent la France plus attractive. En terme élégant cela veut dire que la France et ses salariés sont à vendre – UN VERITABLE SCANDALE !


Seulement voilà « le peuple » se rebiffe.

Les cheminots cherchent à bloquer, les retraités continuent à descendre dans la rue, les personnels des EHPAD réagissent contre les conditions de travail dégradées et contre les conditions d’existence des plus vieux, les salariés d’Air France grève après grève qui ne désarment pas, les salariés de Carrefour malgré les difficultés qu’ils rencontrent, ne s’avouent pas vaincus, les salariés de la CAIXA qui ont dépassé le mois de grève et ce n’est pas tout…
Ça fait beaucoup, non !

C’est pourquoi, l’URIF FO appelle toutes les structures à participer à la manifestation du 28 juin 2018 qui partira de Bastille à 14H00 pour se rendre place de la République où un meeting permettra aux responsables des URIF et des organisations étudiantes et lycéennes de prendre la parole.

Le 28 juin, nous prendrons date : nous appelons l’ensemble des salariés du public et du privé, les retraités à se réunir pour discuter de la situation, des revendications et ainsi préparer les conditions du rapport de force interprofessionnel par la grève à la rentrée.

C’est ce qui permettra de préparer activement la réunion d’assemblées générales dans les entreprises et les administrations. Notre URIF FO aidera très largement à la tenue de ces dernières avec les autres organisations.

Le 28 juin, manifestons, poursuivons et préparons les conditions du rapport de force qui permettra de faire entendre nos revendications et de stopper la mécanique infernale des mesures brutales du gouvernement et du patronat, avec les travailleurs en ayant pour objectif de bloquer l’économie.


NON A LA RETRAITE PAR POINTS
NON AUX PRIVATISATIONS
ABROGATION DU « PACTE » FERROVIAIRE
MAINTIEN DE TOUS LES SERVICES PUBLICS ET DES 3 VERSANTS DE LA FONCTION PUBLIQUE



Paris, le 25 juin 2018


lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site