Détermination et résistance !  Deux manifestations puissantes, déterminées démontrant leur volonté de résister.


Deux manifestations puissantes, déterminées démontrant leur volonté de résister.
Partant de Bercy ce sont 40 000 fonctionnaires des 3 versants de la Fonction publique qui ont scandé leur rejet des attaques contre le code des pensions civiles et militaires, contre leur statut de fonctionnaires d’État, hospitaliers et territoriaux contre la suppression de 120 000 emplois et pour l’évolution du pouvoir d’achat et des conditions de travail mais également pour faire respecter les missions de service public en direction des usagers.

Dans ce cortège imposant, la convergence avec d’autres secteurs était visible puisque Sécurité Sociale, caisses de retraite, Mutualité, Pôle emploi, retraités…et bien d’autres voulaient démontrer leur solidarité avec les services publics, gages d’égalité de traitement entre tous les Français que l’on soit du public ou du privé. 6 000 jeunes étudiants et lycéens sont également venus se joindre au cortège démontrant le malaise profond qui existe sur la volonté de faire disparaître le bac et sur la poursuite de la mise en œuvre de la sélection à l’université.

Partant de la gare de l’Est, ce sont 25 000 manifestants, cheminots, agents de l’Energie, de la RATP, d’ADP, des Transports qui ont convergé vers la place de la Bastille en scandant également les revendications qui s’opposent à l’ouverture du capital et à la privatisation des entreprises publiques, mais également à la remise en cause des statuts des entreprises et ainsi des personnels.

Cette lutte engagée par les agents publics démontre leur volonté, avec la défense de leur entreprise, de garantir aux usagers la meilleure qualité de service mais également tout ce qui concerne l’amélioration de la sécurité et de la sureté des installations et des personnes.

En clair, les cheminots, comme les autres agents du service public disent clairement non à tout ce qui a conduit à la privatisation en Grande-Bretagne notamment et qui entraine accidents et augmentation des tarifs.

La détermination des deux manifestations était réelle, la volonté de résister très présente. La CGT-FO était massivement représentée dans les deux cortèges. Il faut maintenant s’employer à réunir en assemblées, avec les autres syndicats, tous les personnels afin de s’appuyer sur le succès du 22 mars pour poser le problème de la reconduction de la grève, comme l’ont fait de nombreuses assemblées générales massives de cheminots hier. Sans écarter aucune forme d’action à priori, chacun sent bien que ce n’est pas par les manifestations « saute-moutons » que nous parviendrons à faire reculer le gouvernement dans son offensive globale contre les droits et acquis de tous les salariés.
C’est bien par la grève, pour bloquer le pays, que nous les arrêterons.

Aujourd’hui, 23 mars, les salariés d’Air France font grève et manifestent ; l’URIF FO soutient leur combat qui est identique à celui que tous les salariés, dans tous les secteurs mènent dans cette période conduisant à ce rejet qui monte dans tout le pays et quelles que soient les catégories – salariés – retraités et chômeurs – alors que dans le même temps les financiers amassent des milliards.

Paris, le 23 mars 2018


Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site