Engagés ! Déterminés !  La CE de l’UD FO 75 réunie le 12 février 2018 dans son analyse de la situation générale et engagée sur les bases de la résolution du dernier Comité Confédéral National, a considéré que contrairement à ce qui est affirmé par le gouvernement, la montée des


La CE de l’UD FO 75 réunie le 12 février 2018 dans son analyse de la situation générale et engagée sur les bases de la résolution du dernier Comité Confédéral National, a considéré que contrairement à ce qui est affirmé par le gouvernement, la montée des revendications dans de nombreux secteurs est réelle.

Comme elle s’y était déjà engagée, la CE de l’UD FO 75 appelle l’ensemble de ses syndicats à soutenir tous les salariés qui revendiquent, font grève et manifestent contre une « politique » inacceptable de remise en cause de toutes les garanties sociales (code du travail, statut de la Fonction publique, sécurité sociale, retraite…).

Ce sont les salariés de Carrefour qui exigent le maintien de leurs 2 400 emplois après la casse de milliers d’emplois chez Dia, à des conditions de travail qui se détériorent et des salaires en berne.

Aujourd’hui, l’UD FO 75 apportera son soutien et prendra la parole devant un magasin Carrefour dans le 13ème arrondissement en soutien aux salariés qui se rassembleront.
Dans les jours qui viennent, l’UD FO 75 organisera les actions à toutes les fermetures de magasins prévues sur Paris.

La CE de l’UD s’engage d’ores et déjà dans le rassemblement national du 1er mars à Massy.

La CE de l’UD FO 75, soutient sans réserve l’action prévue par les cheminots FO et leur Fédération de manifester le 22 mars 2018 avec les Fonctionnaires tout en sachant qu’ils ne s’interdisent pas de manifester dans le cadre de la profession.

Leurs revendications sont claires et ils appellent à l’action pour le retour à une SNCF une et indivisible, dans le cadre d’un monopole d’état, tout en disant « pas touche au statut et au régime spécial de retraite ».

La CE de l’UD FO 75 a participé, avec les syndicats de la FNEC FP-FO, aux deux manifestations des enseignants, des étudiants et lycéens des 1er et 6 février 2018 qui s’opposent à la destruction du baccalauréat comme diplôme national avec l’introduction du contrôle continu et de la sélection à l’université, ainsi qu’à la mise en place du lycée modulaire. Elle s’oppose également à la volonté exprimée par le rectorat de fermer dans le primaire 90 classes à Paris, dont 56 en maternelle, comme elle continuera, concernant les rythmes scolaires, à s’opposer à la décision de la Mairie de Paris de ne pas revenir à la semaine de 4 jours sur 36 semaines, comme l’ont d’ores et déjà décidé 90% des communes pour la prochaine rentrée scolaire.

La CE de l’UD FO 75 relève également que tous les syndicats d’Air France y compris les pilotes de ligne, appellent tous ensemble à la grève le 22 février 2018 pour exiger des augmentations salariales de 6 % pour mettre fin au blocage des salaires imposé depuis 2011 et à la dégradation des conditions de travail et à une morosité grandissante parmi les personnels.

La CE de l’UD FO 75 appelle également dans ce domaine les syndicats de l’UD à se mobiliser pour soutenir le syndicat FO d’Air France et les revendications portées.

Dans les jours qui viennent de s’écouler, la CE de l’UD FO 75 relève que les Fédérations de Fonctionnaires à l’exception de la CFDT et de l’UNSA, appellent à faire grève et à manifester le 22 mars 2018 afin de s’opposer à la volonté du Président de la République et de son gouvernement de casser le statut général des fonctionnaires, commun aux 3 versants de la Fonction Publique (État, Territorial, Hospitalier), ainsi qu’à leurs statuts particuliers. De plus, ils veulent contourner les syndicats en simplifiant et déconcentrant le dialogue social – individualiser les rémunérations et instituer une notion de mérite contraire au déroulement de carrière – s’attaquer aux grilles indiciaires – recourir au contrat avec la mise en place du « contrat statutaire » au lieu de postes de fonctionnaires – restructurer les services et les missions avec la mise en place d’un « plan de départs volontaires » vers le privé.

La CE de l’UD FO 75 appelle donc toutes ses structures à manifester avec tous ceux qui rejoindront la manifestation des fonctionnaires.

Mais la CE de l’UD FO 75 fait siennes également les actions des camarades retraités qui s’opposent à cette « ponction » considérable de la CSG sur les retraites, y compris sur les plus petites, occasionnant de véritables pertes de pouvoir d’achat qui mettront dans la misère bon nombre de ces derniers. Ils appelleront d’ailleurs à manifester le 22 mars 2018 avec les fonctionnaires et sans doute quantité d’autres secteurs et peut-être même lors d’une manifestation qui pourrait se tenir le 15 mars.

De toute évidence, la CE de l’UD FO 75 soutient toutes ces grèves et manifestations qui sont de plus en plus nombreuses.

Elle n’accepte pas que Président de la République et gouvernement détruisent par le biais des « concertations » la formation professionnelle publique, l’assurance chômage et les retraites, les régimes particuliers, le code des pensions civiles et militaires et la CNRACL.

La montée des grèves, des manifestations est très claire. Elle ne peut que se renforcer encore, c’est pourquoi la CE de l’UD FO 75 réitère qu’il est nécessaire que se pose la question du lendemain du 22 mars.

Le privé et le public se trouvent confrontés à des attaques sans précédent. Le problème de l’action interprofessionnelle se trouve plus encore posé et le 22 mars peut être un tremplin qui permettra de coordonner toutes les luttes engagées pour conduire à un « véritable blocage de l’économie ». Ces réformes sont inacceptables concertation ou pas.


Paris, le 13 février 2018




Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site