Appel du Comité Départemental du 29 novembre 2017  Combattre toutes les régressions sociales !


Il ne se passe pas un jour sans que le gouvernement fasse une annonce qui a pour but de remettre en cause les droits et en particulier ceux des salariés. Après les ordonnances qui détruisent le Code du Travail, tentent d’affaiblir les organisations syndicales et renvoient la négociation dans l’entreprise. C’est maintenant la Formation professionnelle initiale comme continue qui est attaquée, la Sécurité sociale qui est asphyxiée par le transfert des cotisations via l’augmentation de la CSG, le baccalauréat, comme premier grade universitaire et pivot des grilles de rémunérations des conventions collectives et des statuts est remis en cause et affaibli. Et, dès cette semaine, Macron abat ses cartes sur la contre-réforme des retraites.

Jamais les conquêtes les droits et salariés n’avaient été autant attaqués ! Pour ne prendre que la question des ordonnances, il s’agit d’une remise en cause totale de notre « modèle » social. Un big bang social, comme l’a qualifié le récent congrès de la fédération des Employés et Cadres FO. Ces ordonnances remettent en cause profondément les droits et la sécurité des salariés. Elles limitent les prérogatives et les moyens des Instances Représentatives du Personnel (IRP), attaquent de front la légitimité des organisations syndicales de salariés, facilitent grandement les licenciements et aggravent l’inversion de la hiérarchie des normes. Dans le même temps, la « branche » est affaiblie au profit de « l’accord d’entreprise ». Aussi le Comité Départemental confirme la revendication de retrait de ces ordonnances exprimée lors des journées de grève et de manifestation des 12 et 21 septembre, 10 octobre et 16 novembre auxquelles l’Union Départementale FO a appelé.

Le Comité Départemental de l’UD FO 75 se prononce pour l’augmentation générale des salaires, pensions et minima sociaux. A ce propos, il se félicite de la forte mobilisation des retraités le 28 septembre dernier.
Avec la Confédération Force Ouvrière, il s’oppose au Projet de loi de Financement de la Sécurité Sociale qui a pérennisé le versement du CICE par le biais d’une exonération de cotisations aux entreprises privées sans ciblage, sans contrepartie, ni contrôle.

Avec la Confédération Force Ouvrière, nous n’accepterons aucune remise en cause de droits et indemnisations pour les salariés et les demandeurs d’emploi et rejetterons tout système à minima. Le Comité Départemental réaffirme son attachement au régime solidaire, assis sur les cotisations salariales, gérées paritairement, et refuse toute réduction de budget et d’emplois au sein de Pôle emploi.

Face à ce qui pourrait être comparé à un rouleau compresseur, le Comité départemental de l’UD FO 75 se prononce résolument contre toutes les régressions sociales, pour la défense de nos droits sur la base des revendications suivante :
• Abrogation de la loi El Khomri
• Retrait des ordonnances Macron-Pénicaud.
• Non au PLFSS 2018 qui remet en cause les principes fondateurs de la Sécurité sociale par la suppression des cotisations maladie et l’augmentation de la CSG de 1.7 % et l’intégration du CSI dans le régime général.
• Maintien de la Formation professionnelle initiale sous statut scolaire, non à la généralisation de l’apprentissage. Maintien de l’obligation scolaire jusqu’à 16 ans.

• Maintien du bac comme épreuve nationale anonyme, délivrant un diplôme national, premier grade universitaire ouvrant droit librement à l’inscription dans l’Université de son choix, non à la sélection des étudiants à l’entrée de l’enseignement supérieur. La FNEC FP Force Ouvrière, avec la CGT, la FSU, Solidaires, l’UNEF et l’UNL exige l’abandon du projet de loi sur le « plan Etudiants ».
• Non au blocage des salaires des fonctionnaires, à PPCR et à la réintroduction du jour de carence, non aux suppressions d’emplois annoncées dans tous les services publics.
• Non à la privatisation des services publics.
• Non aux « maisons de service au public », pour le maintien de l’ensemble des services publics avec l’intégralité de leurs prérogatives.
• Maintien et amélioration de nos régimes de retraites, oui à la répartition, non à la capitalisation.
• Non à la baisse des APL et à la mise en danger du logement HLM.
• Non à la mise au chômage de dizaines de milliers d’emplois aidés.
• Arrêt de la contre-réforme des rythmes scolaires, retour à un calendrier national avec coupure le mercredi sur 36 semaines de classe.
• Non à la casse de l’école publique, non aux fermetures de classes, ouverture des classes nécessaires. Pour le droit aux soins et à un enseignement adapté pour les élèves porteurs de handicap.
• Non à la casse de l’hôpital, non aux fermetures de lits et de service, non au plan stratégique de l’AP-HP, retrait du plan Hirsch et retrait des GHT.



Le Comité Départemental de l’UD FO 75 invite les syndicats à multiplier les assemblées de syndiqués, les réunions avec les salariés afin de prendre, à chaque fois que de besoin les initiatives appropriées, si possible dans l’unité syndicale, pour résister face à toute mesure qui s’attaque aux droits des salariés.

Le Comité Départemental de l’UD FO 75 se félicite que, par l’action commune sur des revendications claires, et par la menace de blocage du pays, les fédérations syndicales des chauffeurs routiers ont pu obtenir, contre les ordonnances, le maintien de l’ensemble de leurs primes et 13ème mois sans dérogation possible dans leur convention collective nationale.
De la même manière le Comité Départemental salue l’action des dockers, la prise de position FO, CGT et Solidaires de la Chimie pour le maintien de garanties nationales dans le cadre d’une convention collective unique.
Face à l’ampleur et à la gravité des mesures que le gouvernement s’apprête à prendre contre les travailleurs et les droits sociaux (décrets de mise en œuvre des ordonnances, Assurance chômage, formation professionnelle, service public, retraites), le Comité Départemental considère que le renforcement du rapport de forces interprofessionnel est nécessaire dans la perspective de la grève interprofessionnelle pour bloquer le pays.
Le Comité départemental soutient les actions, en particulier de grèves, engagées par les structures FO pour l’emploi, les salaires, les conditions de travail et les droits collectifs dans le secteur public comme dans le privé pour faire aboutir leurs revendications.
Il se félicite du développement de FO dans le département qui voit sa représentativité augmenter de 1.8 % entre 2013 et 2017, c’est un formidable encouragement dans la perspective des élections professionnelles dans toute la fonction publique en décembre 2018
Dans le public comme dans le privé, Il appelle ses syndicats à renforcer l’adhésion à FORCE OUVRIERE pour faire vivre le syndicalisme libre et indépendant, pour peser sur le rapport de forces et gagner sur les revendications.
Adopté à l’unanimité


Paris, le 29 novembre 2017



Lire ou télécharger cet appel au format PDF

retour au site