Pas de trêve ... pendant les soldes !  Personne ne peut avoir oublié la lutte menée pendant plusieurs mois contre la loi travail malgré la chape de plomb que les primaires voudraient faire peser sur toutes les revendications portées par les organisations syndicales qui continuent à lutter pour


Personne ne peut avoir oublié la lutte menée pendant plusieurs mois contre la loi travail malgré la chape de plomb que les primaires voudraient faire peser sur toutes les revendications portées par les organisations syndicales qui continuent à lutter pour obtenir l’abrogation de cette loi.

Ces dernières poursuivent leur combat d’autant qu’elles constatent que les premières applications sont désastreuses dans le secteur privé et qu’elles sont aux portes de la fonction publique.

C’est pourquoi l’UDFO75 à l’appel de son URIF FO, adhère à la nécessité d’organiser un meeting interrégional FO – CGT – FSU – UNEF – FIDL – UNL qui se tiendra le 30 janvier 2017 à 18h00 au gymnase Japy – 2, rue Japy 75011 Paris.

A cette occasion, nous réaffirmerons très clairement notre volonté de faire abroger cette loi qui a et aura des conséquences désastreuses pour la classe ouvrière d’une façon générale.

Le combat pour l’abrogation de cette loi a été porté par tous les secteurs pendant plusieurs mois. Du secteur privé qui luttait contre la remise en cause des conventions collectives, de l’ouverture des magasins le dimanche, de la casse de l’emploi et des conditions de travail mais également des fonctions publiques et du secteur public, qui voient leur statuts être remis en cause et leur entreprises privatisées.

Comme pendant la lutte contre la loi travail, les personnels des hôpitaux réagissent contre la fermeture des lits et des hôpitaux, la casse de leur statut et de leurs conditions de travail. Il en est de même dans tous les secteurs de l’action sociale.

Les cheminots continuent à lutter contre la loi travail et contre les attaques portées contre leur statut en indiquant : Pas d’article 49.3 au RH0077.

Les conséquences de ces politiques d’austérité s’appliquent aussi à EDF, GDF, à la Poste, aux Télécoms.

Les enseignants poursuivent leurs mobilisations et notamment dans les jours qui viennent contre les nouvelles notations, la réforme du collège mais également la réforme des rythmes scolaires et tout ce qui va vers la privatisation.

Aujourd’hui et demain, la sécurité sociale est « dans l’œil du cyclone » d’un candidat à la présidence de la République dans le même temps où tous ceux qui ont exercé le pouvoir ont créé toutes les conditions du « dé tricotage ».

Tout cela est inacceptable, pas de trêve, pas de pose, le meeting régional est le tremplin pour la poursuite de la lutte qui doit nous conduire dans les semaines qui viennent à soutenir toutes les actions qui sont engagées - à l’éducation nationale le 1er février, dans les hôpitaux le 7 mars, dans l’action sociale le 7 mars également. Nous sommes convaincus que d’autres secteurs vont entrer dans l’action sans attendre que les élections soient passées. Nous sommes là et nous nous engagerons à leurs côtés.

Le 30 janvier 2017, notre mobilisation doit être exemplaire. Tout est toujours possible dès le moment où l’unité d‘action existe, où nos revendications sont claires et où notre détermination est visible, y compris dans cette période où l’on essaie de nous endormir, avec les primaires et tout le reste.

Le 30 janvier 2017, nous serons au gymnase Japy pour dire : « Abrogation de la loi travail, contre la casse des services publics, des conventions collectives, des statuts, de l’emploi, des salaires, des retraites et des minima sociaux ».

Nous avons fait la démonstration de notre force pendant plusieurs mois. Rien ne se termine aujourd’hui.

Nous ne braderons pas nos revendications !

TOUS A JAPY !


Paris, le 23 janvier 2017




Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site