Faites ce que je dis ... pas ce que je fais  Réponse au premier secrétaire du PS :


Notre secrétaire général de Confédération participera à un débat public à la Fête de l’Humanité sur l’action contre la loi « Travail » et pour y présenter nos positions, comme il le fait d’ailleurs depuis plusieurs mois. Il donne des interviews à tous les journaux quelles que soient leurs orientations, il se rend sur toutes les chaînes de télévision. En clair, il porte partout où il le peut nos positions. Qui peut trouver à redire à cela ?

Nous en avons trouvé un, puisque le premier secrétaire du parti socialiste vient de déclarer que « les prédécesseurs de Jean-Claude Mailly doivent se retourner dans leur tombe ».

Mal conseillé par son conseiller social issu du mouvement syndical et qui a sans doute des comptes à régler avec FO puisqu’il nous a quittés dans des conditions peu glorieuses, il est toujours nécessaire de faire le point face à de telles provocations.

D’abord, Monsieur le premier secrétaire, nous n’en sommes plus à la période de la guerre froide et de l’épisode de la « baie des cochons » à Cuba, même les Américains vont aujourd’hui à Cuba et vous également sans doute !

Quant à cette invitation à ce débat à la fête de l’Humanité, il ne peut vous échapper qu’elle est liée au combat que nous menons contre la loi Gattaz-Valls-Berger avec la CGT – la FSU et SOLIDAIRES mais également avec l’UNEF – la FIDL et l’UNL.

Il ne peut vous échapper non plus que cette loi, qui « détricote » le code du travail, est portée par le gouvernement et par vous-même.

Ne pensez-vous pas que vos prédécesseurs, Jaurès – Blum…, doivent se retourner dans leur tombe ?

Doit-on continuer les énumérations des années passées avec la mise en œuvre de l’ANI de janvier 2013, la loi Macron, les contre-réformes de toutes natures, la loi NOTRe, Hôpital, école etc…etc….

Ne pensez-vous pas que vos prédécesseurs doivent se retourner dans leur tombe ?

Et puis ce sont des ministres, ou plutôt un qui annonce en démissionnant qu’il n’est pas socialiste et qui se reprend plus tard en indiquant qu’il est de gauche – d’autres auparavant se posaient la question de savoir s’il ne fallait pas modifier le nom du parti socialiste.

Des dénationalisations en cours ou qui s’annoncent (RT Électricité – SNCF etc…), des cadeaux continuels au MEDEF, des attaques répétées contre la fonction publique, mais aussi contre la sécurité sociale, l’hôpital, l’école, les transports, l’énergie….

Et le 49-3, vous connaissez ? Celui qui a été utilisé au fil des années et des gouvernements, particulièrement par ceux dirigés par des 1er Ministres « socialistes », qui, ne faisant pas confiance à leurs représentants à l’Assemblée Nationale, l’utilisent comme un bazooka alors que 70% des Français le rejettent.

Ne pensez-vous pas que vos prédécesseurs deviennent des derviches tourneurs dans leur tombe ?

Nous allons continuer à nous opposer à cette loi « Travail » en exigeant dorénavant son abrogation.

Nous allons continuer à manifester avec ceux qui, comme nous, ont combattu pour construire le code du travail, les conventions collectives, les statuts et toutes les lois porteuses d’espoir pour la classe ouvrière, contrairement à ceux qui voulaient détruire ce qui avait été engagé en 1936 et par le Conseil National de la Résistance en 1945 - Nous résisterons avec tous ceux qui pensent comme nous, qu’ils soient des syndicalistes ou des politiques, ceux qui ont encore la volonté de défendre et de promouvoir les conquêtes ouvrières que nous ont léguées nos prédécesseurs comme vous dites.

Nous vous conseillons d’en faire autant.


Paris, le 6 septembre 2016



Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site