Nous manifesterons !  Le feuilleton politico-médiatique vient de se conclure ce matin.


Le feuilleton politico-médiatique vient de se conclure ce matin. D’abord, par l’annonce d’un décret annonçant l’interdiction de la manifestation du 23 juin 2016 puis en fin de matinée, après la rencontre entre les Secrétaires Généraux de FO et de la CGT avec le Ministre de l’Intérieur, tombait un communiqué qui annonçait l’autorisation de manifester.

Depuis plusieurs jours, le premier Ministre annonçait qu’il allait interdire cette manifestation.
Les réactions venant des organisations syndicales en premier lieu, de certains partis politiques, d’associations et de personnalités démontraient que nous ne pouvions accepter cette remise en cause des droits définis dans la constitution, sur la liberté d’expression et de manifestation.

Notre URIF FO rappelait à diverses reprises que l’interdiction d’une manifestation syndicale remontait à 1958 et qu’aucun gouvernement depuis n’avait remis en cause ce droit de manifester et de s’exprimer.

Fort de ces différents éléments, nous avons rencontré dès hier le Préfet de Police de Paris qui ne nous laissait pas le choix sur notre expression du 23 juin 2016 en nous « parquant » place de la Nation pour porter nos revendications contre la loi VALLS – GATTAZ – BERGER dont nous exigeons depuis le début le retrait. Nous exprimons d’ailleurs notre désaccord avec ceux qui sur le plan politique parlent aujourd’hui d’un compromis possible sur ce projet de loi envisageable dans les prochaines jours.

Refusant la proposition du Préfet de Police de nous « installer » place de la Nation, nous avons proposé avec l’URIF CGT deux propositions de parcours de manifestations, plus courts et plus sécurisés.
Alors qu’une réponse devait nous être apportée dès hier soir, elle ne le fut que ce matin : l’interdiction.

Dès cette annonce l’URIF FO annonçait clairement qu’elle manifesterait sur l’un des deux parcours que nous avions proposé.

En fin de matinée, nous constations que nous avions obtenu gain de cause puisque le Ministre de l’Intérieur autorisait une manifestation itinérante qui partira de la place de la Bastille et qui reviendra après une boucle de plus de un km place de la Bastille.

D’autre part, le Ministre de l’Intérieur à clairement affirmé qu’il autorisait la manifestation du 28 juin 2016.

Nous ne sommes cependant pas dupes nous constatons aujourd’hui que cette décision de nous accorder le droit de manifester n’est pas due à un Premier Ministre qui s’oppose depuis plusieurs jours à ce droit de manifester. Il est d’ailleurs rejoint en cela par des déclarations d’un ancien Premier Ministre qui « insulte » par ailleurs, la capacité des organisations syndicales à assumer leurs responsabilités et qui les accuse des troubles que nous connaissons.

C’est proprement scandaleux et inacceptable !

Nous assurons la sécurité pour tous les cortèges syndicaux en faisant la démonstration qu’il n’y a aucun incident dans nos cortèges et que nous assurons avec sang froid et responsabilité la sécurité des manifestations.

DEMAIN, 23 juin 2016 nous manifesterons en défilant sur un parcours qui nous conduit à partir de la place de la Bastille et qui nous amènera à revenir sur la place de la Bastille.

La manifestation partira à 14H00. FO sera en tête de cortège, derrière le carré de tête qui se situera à l’angle de la place de la Bastille et du Bd Richard Lenoir. L’URIF FO se situera donc derrière ce carré de tête.
Nous constatons que de nombreuses délégations de province ont d’ores et déjà annoncé qu’elles seraient présentes à la manifestation à Paris.

Nous souhaitons que le cortège de FO soit identifié par les ballons et véhicules des départements. Ces derniers seront présents à l’endroit indiqué dès 11H30. Le SO se réunira également au même endroit à 11H30 également.

Malgré le peu de temps, parce que les discussions n’ont pas été si simples, il nous faut réussir cette manifestation dont il ne faut pas perdre l’objectif qui est celui du retrait du projet de loi, doit nous mobiliser au maximum en préparant d’ores et déjà le 28 juin 2016.

Bon courage à tous. C’est un premier succès qui en appelle d’autres parce que nous sommes responsables. Parce que nous combattons un projet de loi qui détruit ce que nous avons gagné en 1936 et 1945 et qu’une grande majorité du peuple français est d’accord avec nous.

Ils veulent jouer sur les peurs, ils veulent jouer sur le temps qui passe.

Pourquoi voulaient-ils interdire la manifestation alors qu’ils claironnent sur tous les toits que le mouvement s’essouffle ?

A bon entendeur !

ORDRE DU CORTEGE FO :
UD 95/75/78/91/92/93/77/94

Cortège des organisations syndicales :
1-FO
2-JEUNES
3-SOLIDAIRES
4-FSU
5-CGT

Paris, le 22 juin 2016


Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site