49-3 et de deux !  « Droit dans ses bottes » le Premier Ministre vient une nouvelle fois de « dégainer » le 49-3. Circulez, y a rien à voir et surtout à discuter !


Pourtant, en en rajoutant une couche avec la mise en œuvre du plafonnement des indemnités de licenciement aux conseils des prud’hommes, il aurait pu au moins, dans le cadre du « dialogue social », échanger avec les organisations syndicales – au lieu de cela c’est deux balles de 49-3 et si vous la ramenez je détourne les rafales du Bourget pour les envoyer sur l’Assemblée Nationale et sur les Confédérations syndicales ; sous les yeux émerveillés et les applaudissements du « patron des patrons » !

Il faut sauver le soldat Macron, qui dans son coin, prépare « la casse » du code du travail – c’est déjà annoncé par le Premier Ministre : scrogneugneu, il faut de la réforme – sauvons la France et son économie. »

Le Ministre du travail quant à lui continue à peaufiner sa réforme, tenez-vous bien, du dialogue social – c’est à y perdre son latin, c’est vrai qu’il est déjà perdu dans le cadre de la réforme des collèges.

Heureusement, nous avons encore de l’espoir quand nous nous souvenons d’un Premier Ministre « droit dans ses bottes » lui aussi, qui en 1995, voulait faire disparaitre la sécu et nos régimes de retraite, qui utilisait lui aussi le 49-3, et qui n’aura pas résisté à « l’offensive » des salariés, des retraités et des chômeurs.

Cette volonté, cette force de caractère du Premier Ministre le conduira-t-il à envoyer le « Charles de Gaulle » dans le bassin du Luxembourg pour faire pression sur les sénateurs lorsque le texte de la loi Macron reviendra chez eux ?

Quel cirque !

Paris, le 17 juin 2015



Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site