Ils nous auront tout fait !  Le projet de loi Macron débattu au Sénat et adopté permet de constater que des amendements déposés par l’UMP ont été approuvés par le gouvernement.


Tout d’abord en ce qui concerne le travail du dimanche qui sera étendu aux magasins d’articles culturels, puis le licenciement économique autorisé…même sans « difficultés économiques » et enfin la création d’une commission pour proposer dans un délai d’un an, un bouleversement complet du code du travail.
Les précédents gouvernements en avaient rêvé, celui-ci est prêt à le réaliser !

D’ailleurs, si besoin était, nous constatons que le Premier Ministre s’adressant à la commission Combrexelle recommande « que vos propositions ne se limitent pas à des aménagements – utiles – du cadre législatif actuel mais ouvrent des perspectives nouvelles et audacieuses capables de moderniser en profondeur notre système de relations sociales et sa pratique. »

Voulant immédiatement donner un exemple de ce qu’il entend dans « perspectives nouvelles et audacieuses » il décide de plafonner les indemnités en cas de licenciement au niveau des Conseils de Prud’hommes.
C’est vrai que le Premier Ministre « aime les entreprises » et qu’il donne là un nouveau signe en direction du MEDEF qui « revendiquait » cela depuis quelque temps.

Concernant la loi Macron, gageons une nouvelle fois qu’il pourrait faire appel au 49/3 pour qu’elle soit définitivement adoptée.

Malgré sa volonté de « moderniser en profondeur notre système de relations sociales et sa pratique », il semblerait que cela ne passe pas chez les travailleurs en France puisque les enseignants seront à juste titre de nouveau en grève le 11 juin, mais également les personnels hospitaliers.
Les enseignants se mobiliseront pour l’abrogation des textes sur la réforme des collèges et les hospitaliers contre le plan Hirsch et grève jusqu’au retrait.

Bien évidemment, l’URIF FO soutient sans réserve les actions engagées dans ces deux secteurs mais également celles engagées par les personnels de la Mairie de Paris contre la fermeture du centre d’accueil des mineurs isolés étrangers.

Cette politique conduisant à l’austérité et à la destruction de toute la protection sociale a également des répercussions dans toute l’Europe. Même comme nous le disions il y a quelques jours, en Allemagne où après la grève des cheminots, nous assistons à des mouvements importants dans les services postaux mais aussi dans tous les services. (Le syndicat VERDI revendique 10% d’augmentation des salaires).

Décidemment, oui nous avons raison de nous mobiliser et de poursuivre ces mobilisations afin de préparer le rapport de force conduisant au blocage de l’économie et seul susceptible de permettre que nous obtenions satisfaction.

Paris, le 9 juin 2015




Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site